Contactez-nous 24h/24, 7 jours sur 7 0805 10 99 17

Merci pour votre commande. Veuillez noter qu’en raison d’une forte demande, l’envoi de votre colis pourra prendre plus de temps que prévu. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Échanges et retours offerts sous 28 jours.

Livraison offerte dès 200 € d’achat.

République Française, € EUR
Français

Femmes remarquables. Mode remarquée. Chaque jour.

Porter
Femmes d'exception

Podcast PORTER : les 7 moments mode mémorables de Sam Taylor-Johnson

Dans le second épisode de la nouvelle série de podcasts PORTER, Pieces of Me: My Life in Seven Garments, la cineaste et photographe anglaise SAM TAYLOR-JOHNSON partage des moments intimes et signifiants de son existence à travers des vêtements chers à son cœur, de la veste en cuir perdue de ses années étudiantes à la robe offerte par son ami Alexander McQueen. Lancez le podcast pour écouter cet épisode inédit de Pieces of Me.

Du costume Hedi Slimane qu’elle portait pour son autoportrait Self portrait in single-breasted suit with hare aux côtés d’un lièvre, à la culotte Prada choisie pour poser suspendue par des ballons, on décèle l’importance de la symbolique des vêtements dans l’œuvre de la photographe et réalisatrice de 53 ans Sam Taylor Johnson.

La mère de famille qui a survécu à deux cancers se livre avec candeur et humour dans cet épisode inspirant de Pieces of me. Une veste en cuir customisée, témoin de sa période punk, ou une époustouflante robe du soir Alexander McQueen, qui était un ami de l’artiste… « Ça a en quelque sorte influencé la manière dont je me suis tenue pour montrer la robe, mais aussi notre amitié et affection réciproque », dit-elle.

Bienvenue dans sa galerie de souvenirs émouvants…

La veste en cuir de mon époque punk

Taylor-Johnson portant sa veste en cuir, à l’époque étudiante en art à Londres, 1987.

« C’était celle de mon petit ami Jake Chapman qui était un artiste, membre des Chapman Brothers. Il y avait un dessin du groupe Conflict au dos. Cette veste représente une période de ma vie. Je me demande souvent où elle est et qui la possède à présent. »

Mon appareil photo

Un portrait de Taylor-Johnson avec son appareil photo Leica, 2017.

« Mon Leica est un accessoire indispensable de mon uniforme quotidien. Je l’ai sur moi tout le temps… Dès que j’ai eu fini mon école d’art, j’ai voulu choisir un appareil photo. J’avais l’impression d’être une photographe, sans savoir ou particulièrement comprendre quoi faire avec. »

Le costume Hedi Slimane de mon œuvre Self Portrait in Single-breasted Suit with Hare

« Il s’agissait de partager mon expérience après une mastectomie et une chimiothérapie… J’imagine que j’essaie toujours d’affronter l’adversité avec humour. C’est ce qui m’aide à surmonter les épreuves. Et j’ai remarqué que ça peut aider d’autres personnes au passage. »

La robe noire et argentée offerte par McQueen

Une photo datant des années 90 d’Alexander McQueen et Taylor-Johnson, qui porte l’une des création du designer disparu.

« J’ai tellement de souvenirs incroyables avec McQueen. Je me rappelle son rire par-dessus tout. Il était si contagieux… Pour cette photo, je me souviens qu’il m’a dit “Tourne-toi, sois fière, regarde la caméra” et ça a en quelque sorte influencé la manière dont je me suis tenue pour montrer la robe, mais aussi notre amitié et affection réciproque. »

La culotte rose Prada de l’autoportrait avec ballons à hélium de The Escape Artist (2008)

« Vaincre la maladie provoque un sentiment d’euphorie incroyable. Mais la menace des ténèbres plane toujours, et les ballons à l’hélium représentent ce qui m’aidait à me sortir de cet état émotionnel sombre dans lequel j’étais. »

La robe que Sarah Burton a créée pour que j’aille recevoir L’Ordre de l’Empire britannique en 2011

« C’est un moment de ma vie où je me sentais vraiment forte, enceinte de huit mois, souriant de toutes mes dents et discutant avec le Prince Charles de savoir si j’allais accoucher sur place ou non ! »

La robe Stella McCartney de la première de Fifty Shades of Gray à Berlin

« C’était une dure journée, mais j’ai beaucoup appris (et avec le recul, c’était une chose merveilleuse). Et ce moment à Berlin… Je me suis complètement abandonnée, je ne faisais que sourire. »

Propos recueillis par Eve Barlow

Pour écouter cette interview complète ainsi que tous les épisodes de la série Pieces of Me: My Life in Seven Garments, abonnez-vous à Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, iHeartRadio, Stitcher, et bien d’autres

PUBLICITÉ

ARTICLES ASSOCIÉS